www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Yvelines

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • Le courrier de la FSU à la ministre de l’Éducation nationale
    PDF - 51.6 ko
    Télécharger

  • Lettre aux parents
    Word - 31 ko
    Télécharger

  • Le courrier du SNUipp-FSU demandant l’abrogation du SMA
    PDF - 47.3 ko
    Télécharger

  • declaration_prealable_simple à transmettre 48 h avant à l’IEN
    Word - 27.5 ko
    Télécharger

  • tract greve
    PDF - 105.4 ko
    Télécharger
28 janvier 2015

GREVE LE MARDI 3 FEVRIER 2015 : Salaires, conditions de travail

Le SNUIPP et les autres syndicats de la FSU appellent les personnels à se mettre en grève le mardi 3 février. Pour réussir l’école, il faut davantage d’enseignants pour améliorer les conditions de travail, mais aussi de la formation et une revalorisation salariale.

« Tous en grève le 3 février prochain »

  C’est l’appel lancé par la FSU et le SNUipp qui proposent du même coup à l’ensemble des fédérations de l’Éducation nationale de les rejoindre pour en faire une journée unitaire.

Mais pourquoi une journée de grève ?


  L’Éducation n’a t-elle pas été érigée en grande priorité nationale ? C’est justement sur ce point que le bât blesse. La refondation de l’école apparaît aujourd’hui bien timide. Les nouveaux rythmes ont parasité le climat scolaire et accentué la dégradation des conditions de travail des personnels. Et pour le reste ? Au quotidien, les classes restent parmi les plus chargées d’Europe, la formation continue reste à quai, la charge de travail augmente et la revalorisation des enseignants est en panne.


Les moyens

   Avec seulement 2 511 créations d’emplois programmées pour la prochaine rentrée, l’école manque de postes pour faire face à la poussée démographique, rattraper son retard et répondre aux besoins de l’éducation prioritaire dont la nouvelle carte a gommé trop d’écoles et de collèges défavorisés. La taille des classes jugée pourtant déterminante pour une meilleure réussite des élèves ne va pas baisser alors que c’est déjà le « trop plein ». De fait, la reconstitution du vivier de remplacement et des RASED, tout comme le déploiement croissant du plus de maîtres que de classes, vont être à la peine. Pour transformer le métier d’enseignant avec mieux de travail en équipe et plus de temps sans baisser le temps d’enseignement des élèves, il faut davantage d’enseignants dans les écoles. C’est une des conditions d’amélioration des conditions de travail au service de la réussite des élèves.  Les nouveaux rythmes scolaires, censés apporter une réponse à la difficulté scolaire, ne font qu’accentuer la dégradation des conditions de travail des enseignant-es et renforcent les inégalités territoriales. Le SNUipp-FSU continue d’exiger une remise à plat de cette réforme. Les APC ne répondent pas non plus au traitement de la difficulté scolaire. Le SNUipp-FSU demande la fin des APC et le retour à un temps de concertation institutionnalisé dans l’emploi du temps régulier des écoles. Enfin, la gestion des personnels (inspection, rapport à la hiérarchie, mutations, temps partiel, droit syndical,…) a subi des dégradations incessantes ces dernières années. Elle doit être remise à plat.


Les salaires


 C’est également la question salariale qui sera au coeur de cette journée de grève. Devant le déclassement salarial des enseignants, la revalorisation devient une urgence. Le gel du point d’indice qui se poursuit depuis quatre ans n’a fait qu’accentuer le décrochage salarial des enseignants. Il est temps de reconnaître le travail et le professionnalisme des personnels de l’éducation nationale et de rendre ses métiers attractifs. Il s’agit là, d’une exigence autant matérielle que morale pour un métier à haute qualification. Dans ce contexte, la prime d’au moins 10 000 euros accordée aux Recteurs sous forme de rattrapage laisse un goût amer aux autres personnels de l’éducation. « Le rattrapage salarial, ce doit être pour toutes et tous  » a réagi le SNUipp. Outre la fin du gel du point d’indice, le syndicat demande une mesure immédiate avec l’alignement de l’ISAE des enseignants du premier degré sur celle du second degré (ISOE). L’ouverture de discussions pour aboutir à une programmation de la revalorisation de l’indemnité est d’ailleurs explicitement réclamée par le SNUipp.


La formation


 Enfin, la formation s’affichera lors de cette journée de grève. La formation initiale reste laborieuse et le syndicat continue de réclamer un bilan des nouvelles Espé pour conduire les réorientations nécessaires. Quant à la formation continue, elle n’est toujours pas à la relance. C’est pourtant une exigence incontournable à l’heure des futurs nouveaux programmes et alors que le métier est devenu de plus en plus complexe.

Alors oui ! « tous en grève le 3 février »
Tous à la manif départ à 14h de Luxembourg à Sèvres-Babylone

Le syndicat national SNUIPP a écrit au ministère pour réaffirmer son opposition à la Loi instituant un droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire du 20 août 2008 et ainsi son désaccord avec la déclaration préalable.
Word - 27.5 ko
declaration_prealable_simple à transmettre 48 h avant à l’IEN
Word - 31 ko
Lettre aux parents
PDF - 105.4 ko
tract greve
PDF - 47.3 ko
Le courrier du SNUipp-FSU demandant l’abrogation du SMA

Lisez le courrier de la FSU à la ministre de l’Éducation nationale :

PDF - 51.6 ko
Le courrier de la FSU à la ministre de l’Éducation nationale

 

43 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 78, 24,rue Jean Jaurès - BP 80078 - 78194 TRAPPES CEDEX Plus de détails Contacts et permanences hors vacances scolaires, les correspondants dans le 78 .
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Yvelines, tous droits réservés.