www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Yvelines

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité  / Actualité 2013 / 2014 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 novembre 2013

Conditions de travail, Rythmes scolaires : le ministre doit nous répondre et changer de cap !

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse des 8 sections SNUipp-FSU d’Ile de France qui appellent à réussir le rassemblement du mercredi 20 novembre devant le ministère.

Mercredi 20 novembre 2013

Rassemblement devant le ministère

TOU-TE-S à PARIS pour la réécriture complète du décret sur les rythmes scolaires et des choix budgétaires à la hauteur des objectifs de réussite de tous les élèves !

Nous le réaffirmons : pour la réussite de tous nos élèves, nous voulons une priorité au primaire concrète, un plus et un mieux d’école. Mais pour cela, le ministre doit répondre sans attendre aux préoccupations et aux revendications des enseignants sur le dossier des rythmes scolaires qui doit être remis à plat. L’école a besoin de sérénité, il y a urgence !

Rythmes scolaires : réécriture complète du décret

Dans les Hauts de Seine et le Val de Marne, aucune commune n’a appliqué le décret à la rentrée 2013. Dans toutes les communes d’Ile de France, concernant les organisations envisagées par les équipes municipales, les enseignants n’ont été que rarement associés à leur élaboration et ne sont pas toujours consultés sur le projet qui sera transmis au DASEN. Il s’agit pourtant de leurs conditions de travail et du fonctionnement des écoles. Les scénarii connus ne vont, a priori, apporter aucun mieux ni pour les enseignants, ni pour les élèves. A Paris comme dans d’autres communes de la région (Aubervilliers, Ris-Orangis, Trappes, Les Mureaux...) où la réforme a été appliquée dès cette rentrée, la catastrophe annoncée a bien eu lieu : les conditions d’enseignement des professeurs et les conditions d’apprentissages des élèves sont dégradées. Le SNUipp-FSU revendique donc la réécriture complète du décret pour permettre des organisations autres que celles contraintes par le décret (un mercredi / samedi libéré sur trois, organisations sur 7 ou 8 demi-journées, possibilité de dérogation pour quatre jours avec réduction des périodes de vacances,…) et la réelle prise en compte de l’avis du conseil d’école.

Budget 2014 : le compte n’y est pas !

Dans nos départements, de nombreuses écoles ont fait la rentrée avec des moyennes supérieures à 28 en élémentaire et à 30 en maternelle. La dotation en poste aura été largement absorbée par l’augmentation démographique et par l’augmentation du nombre de remplaçants, et dans certains départements, aucun poste RASED n’aura été créé alors que les besoins sont bien là. L’effort fait pour le primaire sera encore moindre en 2014. Le SNUipp-FSU demande donc un budget plus ambitieux pour faire baisser les effectifs, développer les RASED, notre « plus de maîtres que de classes », la scolarisation des moins de 3 ans, la formation professionnelle initiale et continue, le remplacement des maîtres… et permettre de libérer trois heures pour la concertation et le travail en équipe.

Les actions engagées par le SNUipp-FSU depuis la rentrée :

Après la première mobilisation de février, le SNUipp a continué d’interpeller le ministre sur la question des rythmes et des conditions de travail. Afin de faire prendre conscience et peser sur le débat, il s’est adressé au ministre, aux élus, aux parents, lancé une pétition nationale en ligne pour demander la réécriture complète du décret, mobilisé dans les communes concernées pour mettre les mairies face à leurs responsabilités. Dans certains départements, comme à Paris, il a été à l’initiative d’un axe intersyndical répondant aux spécificités locales. Partout où cela a été nécessaire, des mobilisations départementales et locales sur les moyens nécessaires et la carte scolaire ont eu lieu : grève du 93 le 19 septembre, mobilisation d’écoles pour des ouvertures de classes…. A chaque fois, c’est avec les collègues que nous avons construit ces mobilisations, à la suite de réunions d’information syndicale, à la suite d’audiences. Force est de constater que le gouvernement entend plus facilement les patrons des routiers que les enseignants. Il faut donc poursuivre crescendo nos mobilisations !

C’est pourquoi, nous prévoyons un plan d’action pour le mois de novembre, avec dans un premier temps,
- une quinzaine nationale d’actions dans les départements (Grèves, rassemblements, manifestations, audiences, …) du 4 au 20 novembre.
- un rassemblement national de délégations départementales à Paris le 20 novembre devant le ministère : tous les enseignants d’Ile-de-France sont appelés à y participer.
- courriers en direction des parents d’élèves et organisations de débats au sein des écoles et dans des circonscriptions.
- motions de conseils d’écoles pour exiger la réécriture complète du décret sur les rythmes scolaires.

Le décret sur les rythmes se met en place avec une grande diversité en matière d’organisations du temps scolaire et avec des inégalités en termes de contenus des activités proposées, d’encadrement des élèves et de coût pour les familles. De plus, très rapidement après la rentrée, ce sont de nombreux dysfonctionnements qui ont été constatés, ces derniers ayant pour conséquence de désorganiser la vie des écoles, de dégrader les conditions de travail des enseignants et plus largement de l’ensemble des personnels travaillant au sein des écoles, sans apporter de mieux pour les élèves. Dans le cadre de la quinzaine nationale d’actions, certaines sections départementales du SNUipp-FSU ont donc décidé d’appeler à la grève, comme à Paris le 14 novembre.

Suite aux remontées des réunions d’information syndicale des mois de septembre et d’octobre qui ont réuni des milliers d’enseignants, les sections Ile de France du SNUipp-FSU appellent tous les collègues à continuer de signer et faire signer la pétition nationale, à s’emparer des conseils d’école et à venir nombreux au rassemblement devant le ministère le mercredi 20 novembre. De plus, dans l’ensemble des départements, les sections Ile de France du Snuipp-FSU appellent à se mobiliser suivant diverses modalités : rassemblements, grèves, pétitions, motions... Les sections Ile de France du SNUipp-FSU organisent également des rencontres avec les parents d’élèves sur les conditions de la réussite de tous les élèves.

Les sections SNUipp-FSU 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95, le 4 novembre 2013

 

25 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 78, 24,rue Jean Jaurès - BP 80078 - 78194 TRAPPES CEDEX Plus de détails Contacts et permanences hors vacances scolaires, les correspondants dans le 78 .
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Yvelines, tous droits réservés.