www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Yvelines

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité  / Actualités 2010/2011 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
31 janvier 2011

10 raisons de faire grève le 10 février

Le SNUipp appelle avec la FSU à une journée nationale de grève et de manifestations pour l’avenir de l’école.

JPEG - 20.5 ko

RASED, maternelles, remplacements, surnuméraires, la chasse aux « gisements d’emplois » est ouverte et si ça ne suffit pas on suggère déjà d’augmenter les effectifs par classe, de fermer des classes ou de regrouper des écoles rurales.

Le budget de l’Éducation nationale traduit qu’on le veuille ou non le projet éducatif de la nation. Celui de la France se réduit comme peau de chagrin ! L’OCDE relève que l’investissement de la France dans le primaire est déjà de 15% inférieur à celui de la moyenne des pays membres de l’organisation...

Une vidéo en ligne : budget 2011

10 raisons de faire grève le 10 février

Cliquez sur les liens colorés ci-après.

- Une carte scolaire qui va aggraver les difficultés
- Direction : halte à la surcharge !
- La maternelle à 3 ans ?
- RASED : le grignotage
- Une formation initiale sacrifiée
- Pour une prise en charge des élèves handicapés
- Remplacements : à la baisse
- Faire disparaître tout ce qui n’est pas devant classe
- Assez des fausses annonces : pour l’école, on ne doit pas se priver !
- Le service public, je l’aime, je le défends !

- Modalités pratiques (déclaration préalable, infos,...) en cliquant ici.


Direction : la surcharge

JPEG - 11.5 ko

De plus en plus de directrices et directeurs se voient retirer leur aide à la direction assurée par les employés de vie scolaire. Ces derniers sont « mutés » sur des postes d’AVS auprès d’élèves handicapés ou leur contrat n’est tout simplement pas renouvelé.

Si l’Assemblée Nationale a voté un amendement attribuant 20 millions d’euros au recrutement de 4500 contrats aidés à la rentrée 2011, les personnes recrutées seront en priorité affectées à l’accompagnement des élèves handicapés. En attendant, sur le bureau des directeurs, le travail continue de s’empiler. Le SNUipp interpelle le ministère pour que les directeurs aient une véritable aide administrative.

À lire : notre dossier sur la direction d’école.


La maternelle à 3 ans ?

JPEG - 20.8 ko

Dans un contexte national de réduction d’un poste de fonctionnaire sur deux, la scolarisation des deux ans dans les Yvelines est passée de 14,38% en 2003/2004 à moins de 5% à la rentrée 2010/2011. Afin de poursuivre la politique départementale, les arbitrages de l’Inspecteur d’Académie vont donc être encore plus sévères.

Le SNUipp et la FSU revendiquent une politique de la petite enfance qui permette de garantir une transition entre les modes de garde (foyer familial, crèche, assistante maternelle...) et l’école maternelle. L’accueil des enfants de 2 ans doit être possible dans une école maternelle ayant les moyens de fonctionner et qui ne devienne pas un « moyen de garde gratuit ».


RASED : le grignotage

JPEG - 9.2 ko

Lorsqu’en 2008 le gouvernement avait décidé de supprimer progressivement les RASED, les mobilisations de la communauté éducative avaient obligé le ministère à reculer.

Depuis c’est une manœuvre bien plus insidieuse : en l’absence de départs en formation spécialisée, une quantité croissante de postes vacants peut se retrouver fermé discrètement par les IA. Les choix de la carte scolaire 2011 sont porteurs de nouvelles menaces. La tentation est grande pour les IA d’autant que les postes RASED sont un des “leviers d’efficience” proposés par le ministère.

Des actions sont en cours avec le collectif qui rassemble organisations syndicales, associations professionnelles, parents d’élèves et mouvements pédagogiques. Un appel national pour la défense des RASED et de ses missions de service public a été lancé dans le cadre des actions contre ce budget désastreux pour l’éducation.


Une formation initiale sacrifiée

JPEG - 8 ko

Contrairement à ce qui avait été annoncé, à savoir l’offre d’une formation professionnelle de qualité, priorité de l’Inspection académique, force est de constater que ce nous craignions est en train de se produire. En effet, au lieu de privilégier la formation professionnelle des PES, c’est une logique à court terme qui est retenue pour faire face à la pénurie de moyens de remplacements, au détriment d’une formation progressive et constructive des compétences professionnelles de ces jeunes collègues. Résultat des courses, aujourd’hui, au sein des PES, c’est le malaise et une certaine désillusion qui dominent en lieu et place de l’enthousiasme de la découverte des différentes facettes de son métier.

Comme si cela ne suffisait pas, la pression sur eux gagne désormais en intensité à l’approche des échéances liées à leur titularisation. Il est temps de changer de cap ! Plus que jamais, le SNUipp-FSU réaffirme qu’enseigner est un métier qui s’apprend dans la sérénité !!


Pour une prise en charge des élèves handicapés

PNG - 16.8 ko

Malgré la loi de 2005 qui institue un droit d’accueil pour tous les élèves en situation de handicap, l’Education Nationale n’a jamais mis les moyens nécessaires à cette intégration.

En effet, la seule réponse en terme de moyens humains est l’embauche de personnels précaires, sans formation. Le SNUipp-FSU revendique des emplois statutaires de personnels formés à cette fonction qui nécessite des compétences particulières.

De plus, il est anormal que le nombre de places en classes spécialisées (CLIS, ULIS notamment) ne permette pas à chaque élève pourtant reconnu par la MDPH de bénéficier d’un enseignement adapté.


Remplacements : à la baisse

JPEG - 8.1 ko

Parmi les postes que l’on peut fermer sans que cela se voie dès la rentrée, figurent ceux des remplaçants. La situation dans notre département est déjà désastreuse cette année. Des ZIL se retrouvent sur des remplacements de longue durée ou envoyés loin de leur circonscription. Faute de moyens, de nombreux collègues ne sont pas remplacés.


Faire disparaître tout ce qui n’est pas devant classe

JPEG - 14.1 ko

Dans la chasse aux postes, tout ce qui ne justifie pas une prise en charge de classe est menacé. Peu importe si ces enseignants permettaient une meilleure qualité ou un meilleur fonctionnement de l’école. Tout y passe. Dans les Côtes d’Armor, c’est un catalogue à la Prévert : un poste ITEP, 1 CMPP, 1 CDDP, 2 conseillers pédagogiques (musique et arts plastiques), 1 intervenant en breton, et le passage de 0,75 à 0,50 des décharges des maîtres ressources TICE. Le Doubs perd deux postes de coordonnateurs ZEP. En Seine-Saint-Denis : fin des remplacements pour les départs en stages ASH (- 6), pour les congés formation (- 7), fin des dispositifs pour les enseignants en difficulté (- 7) et fermeture des postes de maîtres supplémentaires dans l’éducation prioritaire à l’exception des RAR (20 sur 42). Dans l’Yonne, 12 postes “soutien aux apprentissages fondamentaux” sont aussi sur la sellette. Que va-t-il en être en Vendée ?


Assez des fausses annonces : pour l’école, on ne doit pas se priver !

JPEG - 6 ko

Les annonces présidentielles et gouvernementales pleuvent dans les médias :
- suppression des allocations familiales en cas d’absentéisme ;
- réforme des rythmes scolaires ;
- anglais dès 3 ans ;
- plan sciences à l’école
- nouvelle réforme de la formation des maîtres
- évaluations nationales miraculeuses...

Assez ! Nous voulons une école de qualité pour former les citoyens de demain !

Retour en haut de la page

 

22 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 78, 24,rue Jean Jaurès - BP 80078 - 78194 TRAPPES CEDEX Plus de détails Contacts et permanences hors vacances scolaires, les correspondants dans le 78 .
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Yvelines, tous droits réservés.