www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Yvelines

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Commissions paritaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 septembre 2010

Déclaration du SNUipp-FSU 78 au CTPD du 9 septembre 2010

Le SNUipp-FSU 78 est intervenu au CTPD pour dénoncer la situation dramatique qui s’instaure au fil des ans et demander des moyens à la hauteur des besoins pour une école de qualité.
JPEG - 21 ko

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

147 000 écoliers et 8500 enseignants du premier degré ont retrouvé jeudi dernier le chemin de l’école dans notre département. Si la rentrée marque toujours un moment fort dans la vie des élèves et des enseignants, il y a cette année une urgente nécessité de modifier les orientations prises depuis plusieurs années et de montrer, au-delà d’un volontarisme cynique, une priorité pour l’éducation.

La réduction du nombre de postes n’est plus une nouveauté pour l’Education Nationale : pas loin de 50 000 suppressions depuis 2008 ! Nous en avons déjà constaté les effets : sur les effectifs des classes, le recul important de l’accueil des moins de 3 ans hors ZEP, les RASED amputés, la formation continue sacrifiée, les remplacements sacrifiés, etc. Le non-remplacement d’un fonctionnaire à la retraite sur deux est devenu un dogme, il faut maintenant fournir des chiffres et l’intérêt des élèves qui sont confiés à l’Education Nationale est bien secondaire. Les documents ministériels sur « le schéma d’emplois 2011-2013 » visant à « mobiliser les gisements d’efficience » programment avec brutalité le sabordage du Service Public d’Education.

Quel cynisme faut-il avoir en haut lieu pour oser laisser croire que les plus petits n’ont pas leur place à l’école, que les effectifs peuvent augmenter sans gêne pour la scolarité des plus faibles, que deux heures de soutien hors de la classe remplace l’intervention de maîtres spécialisés, que les psychologues scolaires peuvent disparaître, que des étudiants vacataires et des retraités suffiront pour assurer les remplacements, que la formation continue est secondaire, voire inutile, et doit s’inscrire hors temps scolaire !

On voit bien que l’élève n’est plus qu’à la périphérie d’un système qui renforce les situations établies au détriment de la grande masse de la population et des enjeux de notre société. Ainsi la promesse présidentielle de diviser par trois en cinq ans le nombre d’élèves en difficulté à l’entrée en sixième ne sera pas tenue. Guidées par le seul souci d’économies, les « réformes » mises en œuvre ne s’attaquent pas aux inégalités de réussite scolaire. Aujourd’hui, l’école a de manière urgente besoin d’évoluer et de se transformer autrement afin de répondre aux exigences de la réussite de tous.

La mise en œuvre des fiches ministérielles de recherche de « gisements d’efficience » détériorera encore cette situation déjà difficile.

Sous dotée, l’école primaire française n’est pas traitée comme elle le mérite. La Cour des comptes a estimé que le budget français consacré à l’école primaire est 15 % inférieur à celui des pays comparables, et en 10 ans c’est 1 point de PIB retiré aux dépenses intérieures d’éducation. Le budget 2011 va détériorer une situation qui atteint déjà des limites que relève un récent rapport de l’inspection générale.

Dans notre département, avec une prévision de +136 élèves supplémentaires cette année et avec une augmentation réelle de +239 élèves l’an dernier, le solde en postes est en réalité de -33.

En modifiant les catégories de personnels prises en compte dans le calcul du taux d’encadrement, le ministère tente de masquer la réalité des suppressions de postes dans le 1er degré. Pour les Yvelines, vous affichez +21 postes en carte scolaire alors que le département perd 33 postes au budget 2010.

A quelle comptabilité cynique, à quels expédients budgétaires, à quels renoncements seront nous conviés l’année prochaine ?

Encore une fois, nous réclamons les réformes et les moyens budgétaires nécessaires à la transformation de l’école pour qu’elle soit réellement le lieu de la réussite de tous les élèves et non celui du tri social.

A l’appel du SNUipp, les enseignants des écoles distribuent, depuis la rentrée, à un million d’exemplaires une lettre ouverte aux parents pour informer de la nécessité de créer une importante mobilisation pour l’école. Personne ne croit qu’avec moins de formation et moins de postes l’école pourrait faire mieux.

Le 7 septembre, les enseignants du 1er degré, aux côtés de l’ensemble des salariés, ont été nombreux à participer à la journée de grève et de manifestations pour obtenir d’autres choix en matière de retraite, d’emplois et de pouvoir d’achat. Pour nos élèves, pour la maternelle, pour le remplacement, pour les Rased, pour l’ASH, pour la formation, concrètement pour l’Éducation et pour l’École on ne doit pas se priver.

Face à la surdité du gouvernement, nous appelons nos collègues à amplifier la mobilisation les 15 et 23 septembre prochain.

 

46 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 78, 24,rue Jean Jaurès - BP 80078 - 78194 TRAPPES CEDEX Plus de détails Contacts et permanences hors vacances scolaires, les correspondants dans le 78 .
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Yvelines, tous droits réservés.